La maison de vie

Bienvenue chez Mr Bouch', Gabichou, Le Nain et Lamousmé...

Ma photo
Nom :
Lieu : France

vendredi, décembre 24, 2010

JOYEUX NOEL !!!!

Un joyeux Noël à tous...profitez bien de ceux qui vous aiment et que vous aimez!!!!

Et parce qu'on ne me changera jamais... un Rossetti pour l 'occasion!!! :o)





Dantis Amor




Lamousmé toute guimauve d'un coup!!! ^^

mercredi, décembre 15, 2010

Do not disturb....

...je suis plongée dans ceci:











en attendant de recevoir cela:



















Tout ça parce que j'ai fais une promesse insensée à une certaine personne!!!!
Donc il se pourrait bien qu 'un de ces jours vous voyez fleurir , ici même, un , voir plusieurs billets sur le mouvement symboliste...

En attendant vous pouvez toujours constater sur le boudoir, combien Lamousmé se replonge avec délectation dans ses vieilles passions...



ps: je ne suis pas prête de dormir car j 'ai aussi craqué (en toute logique) pour ça:





Lamousmé incorrigible

lundi, décembre 06, 2010

Le tourbillon de l' amour

Pour être en phase avec le "boudoir" et pour revenir un peu ici aussi...
Cet hommage de Mon Rossetti à un autre très grand...



"Le tourbillon de l 'amour"
William Blake




WILLIAM BLAKE

THIS is the place. Even here the dauntless soul,
The unflinching hand, wrought on; till in that nook,
As on that very bed, his life partook
New birth, and passed. Yon river's dusky shoal,

Whereto the close-built coiling lanes unroll,
Faced his work-window, whence his eyes would stare,
Thought-wandering, unto nought that met them there,
But to the unfettered irreversible goal.

This cupboard, Holy of Holies, held the cloud
Of his soul writ and limned; this other one,
His true wife's charge, full oft to their abode
Yielded for daily bread the martyr's stone,
Ere yet their food might be that Bread alone,
The words now home-speech of the mouth of God.

Dante Gabriel Rossetti



Voici l'endroit. Même ici l'âme intrépide,
La main impassible, hésitèrent ; jusque dans ce recoin,
Comme sur son lit, sa vie s'approcha
D'une nouvelle naissance, et s'en fut. Au-delà de la rive obscure de la rivière

Où les routes sinueuses et serrées se déroulent,
Devant sa fenêtre de travail, là d'où ses yeux observaient,
Dans une pensée errante, où ils rencontrent le néant,
Mais jusqu'à la fin sans entrave et irréversible.

Ce placard, Saint des Saints, renferme la nuée
De son âme scripturaire et illimitée ; cet autre,
La charge de sa vraie femme, plein souvent pour ses habitants,
Produisait pour le pain quotidien la pierre du martyr,
Où pourtant leur nourriture pouvait n'être que ce seul Pain
Les mots qui ont désormais trouvé asile dans la bouche de Dieu

Dante Gabriel Rossetti