La maison de vie

Bienvenue chez Mr Bouch', Gabichou, Le Nain et Lamousmé...

Ma photo
Nom :
Lieu : France

samedi, octobre 27, 2007

La tombola de l'imaginaire...


Pour le centième billet de cette "maison de vie", et pour fêter l'évènement que vous savez...je vous propose un petit jeu très simple...

Notre désormais fameuse librairie ;o) va se spécialiser sur le thème de la littérature de l'imaginaire.
Cadre suffisamment large pour regrouper à la fois les grandes thématiques telles la fantasy, le fantastique etla science fiction, mais laissant libre place à toute littérature entrant dans le concept de l'imaginaire, la féerie, les contes, le merveilleux etc etc...

A cette occasion je propose de vous faire participer à la création du stock de fond grâce à ce petit jeu... toute proposition de titre d'ouvrage (que je me réserve quand même d'accepter, va falloir s'y faire je vais être patronne!!! :o)))) ) comptera comme un billet de tombola!!!

A la fin du jeu (je pose la limite du 11 novembre) un tirage au sort parmi tous les "billets-propositions" déterminera deux gagnants : Le premier recevra un bon d'achat de 20 euros dans la librairie, le deuxième un cadeau surprise.


A vous de jouer!!!!!!!!!



Lamousmé

PS: édit du dimanche soir

comme tout bon jeu (et après avoir lu vos messages) cette tombola doit avoir des règles!!! donc
-règle n°1 un titre ( ou un auteur si vous dites par ex..."toute l'oeuvre de..." )compte pour un billet de tombola(et bien sur un seul par cycle ou série!!!)
-règle n°2 il faut bien évidemment rester dans la thématique (ce qui est le cas jusqu'à present) c'est pourquoi je me réserve le droit d'annuler un titre qui ne me semblerait pas convenir!!! (yeeeeeeeepa c'est moi la chef!!!!)
-règle n° 3 vous pouvez jouer autant que vous voulez (et Fashion ne s'y est pas trompée!!!! :o))) )
-règle n°4 , sont pris en compte aussi bien les romans, nouvelles, BD,mangas , livres de cuisine (merci stéphanie!!! ;o) )que les livres audios et les arts book . (par contre désolé Seb mais pour l'instant je ne compte pas les livres étrangers!!! oui je sais ça me fait mal à moi aussi mais il faut savoir rester raisonnable!!! :o))) ) étrangers = en VO bien sur (pour Céline notamment) :o)))
-règle n°5 , un titre déjà cité ne donne pas droit à un billet (alors creusez vous la tête ;o) )

merci à tous de participer à cette aventure!!!

mardi, octobre 23, 2007

Au delà de l'arc-en-ciel...

Comme vous l'avez sans doutes tous remarqué nous sommes un peu absents ces derniers temps...
Mais c'est parce que nous avons une excellente raison!!!!
Figurez-vous que nous sommes en ce moment -même...quelque part au-delà de l'Arc-en-ciel!!!! :o)))






Et oui !!!!! Nous avons trouvé notre paradis...qui dans moins d'un mois va devenir notre...LIBRAIRIE !!!!!!

dimanche, octobre 14, 2007

Pont et cabane en bois...

Il est des billets qui traînent au fond de votre tête et de votre cœur mais qui mettent de très longs moments à mûrir...
Ainsi à la sortie du très beau film "Le secret de Térabithia" je n'avais pu écrire une ligne, trop bouleversée que j'étais, pour exprimer mon ravissement devant cet émouvant hymne à l'enfance, à l'amitié et à l'imaginaire.






Ne vous y tromper pas, l'affiche tout comme la bande annonce, vous vendent un ersatz du "Monde de Narnia" (vu la mention alléchante : "par les créateurs de...") mais il n'en est rien.
En fait nous sommes presque plus proche du "labyrinthe de Pan", même si Térabithia, nom emprunté à la mythologie de C. S.Lewis, par l'auteur du livre (Catherine Paterson) dont le film est tiré, est une véritable oeuvre familialle.
C'est d'ailleurs en famille, avec le papé, Mr Bouch' et son copain Hugo, que j'ai visionné ce petit bijou, chose que je n'aurais pu faire pour "le Labyrinthe".
La grande force du film vient justement de ce mélange entre l'émotion d'un "Stan by me" et la fantaisie d'un "Narnia".




Tantôt conte social, tantôt conte philosophique, Térabithia nous parle d'une façon très subtile de l'imaginaire et de notre capacité (ou non) à se fabriquer un monde où se développe notre esprit. Une véritable leçon de vie sur l'ouverture d'esprit.
Je ne vous en dirais pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir mais sachez qu'à la sortie du film je faisais ce constat surprenant: tous les adultes sortaient en larmes alors que les enfants eux sortaient sereins!!!!
Sans entrer dans les détails et vous déflorer l'histoire apprenez également que les acteurs y sont merveilleux de justesse (en particulier le jeune Josh Hutcherson, véritable sosie de Mr Bouch' de l'aveu même de son papé)...






...et qu'il est question, comme dans toute grande œuvre jeunesse digne de ce nom, de pont (le véritable titre étant d'ailleurs "Bridge to Térabithia") et de cabane dans les arbres...


Quel enfant n'a jamais rêvé de vivre perché dans son arbre comme Huckleberry Finn, ou simplement de s'y réfugier pour échapper aux grandes personnes comme Alice????
Construire un pont, un radeau, un domaine, sur lequel régner sans partage et affronter ses propres peurs????
Quel adulte n'a secrètement au fond de lui jamais effacer ce désir ?



Personnellement j'ai très jeune été marqué par le livre de JR Wyss "Robinson suisse" (relayé plus tard par une série TV qui me scotchait au poste!!!) et mon envie de cabane et d'évasion, pour une petite fille vivant en bord de forêt comme moi, revêtait un aspect très exotique... une maison perchée certes, mais dans une île du pacifique ! Je regrette d'ailleurs que dans Lost... mais bon passons!!! ;o)
Car bien entendu qui dit cabane dans l'arbre dit retraite, refuge, isolement et liberté... un havre de paix pour y lire sereinement où y rêver plus près des étoiles...



Il est d'ailleurs intéressant de noter que pour les enfants la plupart du temps construire une cabane équivaut à se fabriquer son propre royaume rempli par son imaginaire alors que pour les adultes, la mode des cabanes perchées battant son plein en ces temps très écolos, cela revêt plus du caractère "échappatoire de la réalité"!!!!!

Or si ,comme disait Freud, "le bonheur est un rêve d'enfant réalisé dans l'âge adulte",il est certain qu'un homme comme John Harris doit être heureux!!!
Et il n'est pas le seul à s'être lancé dans cette nouvelle tendance si l'on en croit le nombre de sites fleurissant sur internet ainsi que le nombre de livres dédiés à cette nouvelle "mode" tellement symbolique d'un certain rejet de notre mode de vie contemporain...




Deux buts finalement très proches, bien que plus "actifs" chez les enfants que chez leurs aînés... et qui nous montre justement l'importance de garder dans notre tête et dans nos cœurs un esprit ouvert sur notre imaginaire...


Lamousmé

PS: ce billet , qui s'est fait attendre, est dédié en particulier à Caroline-8 et Beatrix qui ont si merveilleusement écrit sur ce thème dans leurs maisons respectives !!!!!

lundi, octobre 08, 2007

nouveau questionnaire

Un petit questionnaire pour nous faire mieux connaitre dans le cadre du swap petit à petit organisé par Aelys...

Si j'étais un...


Un art :la sculpture
la peinture

Un film :Star wars
Autant en emporte le vent

Un mot :voiture
amour

Un livre :L'apprenti épouvanteur
Autumn (de delerm)

Un bruit :un pet!!!!!!!! ;o)
un sifflement (de dégout devant le pet du sieur !!!!)

Un mois :aôut
septembre

Un pays :la France
l'Angleterre (bah quoi???? :o)))) )

Un sens :le toucher
le gôut

Un bijou :un collier
une bague

Un sport :le basket
la danse (qui n'est pas un sport nous sommes bien d'accord!!! ;o) )

Un objet :une voiture
un livre (ouais super original!!!)

Une fleur :une rose (pour couvrir mon pet!!!! :o)))) )
un lys blanc

Un chiffre :28
4

Un métier :routier
libraire (j'espère!!!! :o))) )

Un animal: un jaguar
une licorne(un babouin repond spontanément Mr bouch'!!!)

Un défaut :la flemme
pareil (c'est de famille!!!!)

Un oiseau :un aigle
un vilain petit canard

Un parfum :lacoste
celui de mon fils!!!!!!!!!!!(et pas quand il pête!!!!)

Un insecte :un frelon
une libellule

Un pouvoir :invisibilité
la prémonition

Une saison :l'été
l'automne

Un piercing :aucun
je rève d'un au nombril ou sur la langue mais suis bien trop douillette!!!!

Un magasin :un magasin de jouet
une librairie

Un paysage :un champs
la mer Et la foret (impossible de choisir!!!)

Une boisson :le coca cola zero
le thé bien sur!!!!(je suis sous perfusion 24H/24

Un vêtement :des baskets
un chale (ou des dessous!!! ;o)

Un sentiment :l'amitié
l'amououuuuuuuuuuuurrrrrrrrr

Un endroit du corps :le bras (il avait dit zizi en premier!!!!)
les yeux(miroir de l'âme)

Un instrument de musique :une batterie
la harpe

Une chanson :les histoire d'A (rita mitsouko)
chanson d'ami (zazie)

Le dernier est au choix (une matière, une gourmandise, un prénom, etc. ) :
un prénom....marion
une matière....la soie

vendredi, octobre 05, 2007

LE peintre victorien


S'il est un peintre qui représente bien les valeurs victoriennes, plus que nul autre artiste de son époque, c'est bien Sir Lawrence Alma-Tadema.
Paradoxalement, Laurens Tadema ,de son vrai nom était né néerlandais en 1836 et ne se rendit à Londres pour la première fois qu'en 1862 pour l'exposition internationale où il fut profondément impressionné par les marbres du Parthénon rapportés par Elgin, et par les antiquités égyptiennes qu'il vit au British Muséum. Son goût pour l'archéologie et l'histoire datait déjà de l'époque ou il vivait chez l'archéologue Louis de Taeye et de ses années d'apprentissage chez le baron Hendryk Leys, peintre spécialisé dans la reconstitution historique.
Sa vie fut très différente de celle d'un Rossetti, pourtant son contemporain.

Point de vie de bohème, d'artiste tourmenté sans le sous, point de rejet de la société... au contraire même, car il en fut l'artiste préféré.


"Sa vie ne fut jamais parsemée d'embûches" dira de lui Oscar Wilde.


En effet, il fit deux mariages heureux, bien que le premier avec une française, se termina tragiquement par la mort de son épouse et de son fils, le laissant seul avec deux fillettes en bas age, Laurence et Anna.



Il épousa en seconde noce Laura Epps, son élève, elle-même peintre spécialisé dans la reproduction de scènes enfantines, et membres des cercles de Ford Madox Brown et de Dante Gabriel Rossetti.




A partir de 1873 Tadema se fit naturaliser anglais et choisit de changer son nom en remplaçant Laurens par son deuxième prénom Alma.
Peu de temps après leur mariage, les Alma-Tadema s'installèrent à Towsend House qui devint rapidement un salon artistique très fréquenté. Les réceptions étaient fastueuses et la personnalité exubérante, extravertie bien qu’égocentrique du peintre, sa nature chaleureuse et son grand sens de l'humour, etaient pour beaucoup dans leurs succès. Il aimait se déguiser pour les bals masqués en empereur romain, et des personnalités comme Tchaïkovski, le ténor Enrico Caruso ou encore l'actrice Ellen Terry (pour qui il dessina des costumes de scènes) figuraient souvent parmi les invités.

Alma-Tadema était devenu riche, célèbre et adulé.
Le public victorien adorait "ces reconstitutions minutieuses de la Rome antique, avec ses femmes alanguies assises ou étendues sur du marbre blanc, baignant dans l'éblouissante lumière du soleil".




Il séduisait aussi par ses thèmes sentimentaux, son sens de l'évasion, son goût de l'hédonisme et surtout la nudité des femmes qu'il surprenait dans les bains romains et lors des scènes de bacchanales.


Extrêmement méticuleux et travailleur (il produisit près de 400 œuvres) il faisait ressurgir le passé antique avec un réalisme étonnant tout en observant un respect rigoureux de la vérité archéologique (grâce à une bibliothèque très riche).

Mais son génie était d'avoir compris et assouvi l'attente de ses contemporains : l'assimilation de leur "age d'or" à celui de l'empire romain. Aux sujets politiques et mythologiques maintes fois ressassés, il préférait peindre des scènes de la vie quotidienne, des "victoriens en toges".

A contrario des préraphaélites il pensait que l'art servait à exalter l'individu et non à l'instruire, et il n'avait aucun message social ou moral à transmettre dans ses œuvres.

Ce qui fit dire à Ruskin (bien que reconnaissant sa virtuosité technique) qu'il était le "pire des peintres du XIX ème siècle."
Les tenants de l'avant-gardisme le rangèrent sous l'étiquette méprisante d'artiste pompier, et Alma-Tadema qui était sans doute aussi célèbre en son temps qu’un Picasso, tombât petit à petit dans l'oubli.

Il faudra attendre la fin du XX ème siècle pour qu'à nouveau le talent de l'artiste soit redécouvert et que sur le marché de l'art ses œuvres se vendent à nouveau aussi chères qu'à son époque.



Lamousmé