La maison de vie

Bienvenue chez Mr Bouch', Gabichou, Le Nain et Lamousmé...

Ma photo
Nom :
Lieu : France

lundi, novembre 06, 2006

Du côté de chez Proust...


CABOURG ! station
balnéaire et ville de "Bains de mer " crée au second Empire.
"Cabourg-les-Bains " construite de manière si particulière avec toutes ses rues qui partent en éventail du Grand Hôtel et de son casino.
Mon deuxième chez-moi...ma résidence secondaire comme on dit pompeusement.
Cette ville plus que toute autre est mon refuge ma bouffée d'oxygène, quand j'ai grand besoin de repos je ne connais rien de plus apaisant que la mer et Cabourg !



C'est d'ailleurs pour soigner son asthme chronique que l'un des plus illustres visiteurs de Cabourg, Marcel Proust, séjournera chaque été, de 1907 à 1914, au Grand Hôtel " où il se sent bien ".
En 1907 alors qu'il hésite à venir en Normandie ou en Bretagne il lit dans Le Figaro (journal où il écrit régulièrement des chroniques) qu'un hôtel avec tout le confort moderne ouvre en juillet à Cabourg : le nouveau Grand Hôtel. En souvenir des jours heureux passés, enfant, sur la côte normande, il décide d'y venir faire un séjour. Son asthme se calme ; il peut enfin sortir : " …Ayant appris qu'il y avait à Cabourg un hôtel, le plus confortable de toute la côte, j'y suis allé. Depuis que je suis ici, je peux me lever et sortir tous les jours, ce qui ne m'était pas arrivé depuis six ans… " (lettre à Madame de Caraman-Chimay - Août 1907 - Grand-Hôtel).
Il visite les cathédrales et les cités historiques du voisinage (Bayeux, Caen, Balleroy, Lisieux, Pont Audemer…) en automobile, conduit par divers chauffeurs dont Alfred Agostinelli. Il observe la vie mondaine du Palace et fait parler les riches clients de la haute aristocratie mais aussi les grooms ou les maîtres d'hôtel. Se sentant bien à Cabourg, il y reviendra chaque été de 1907 à 1914. Ces séjours inspireront des pages inoubliables d'A la recherche du temps perdu, notamment dans A l'ombre des jeunes filles en fleurs et Sodome et Gomorrhe. Il aime l'atmosphère du Palace : " Je vous écris après un voyage terriblement mouvementé…en automobile… A cinq heures du matin, en arrivant dans cet hôtel où je reviens pour la sixième année et où je suis très bien… " (lettre à Reynaldo Hahn - 1913). Client difficile, il vit au même rythme qu'à Paris : travail d'écriture la nuit, sommeil le jour. Il dîne le soir tard dans la vaste Salle à Manger qu'il compare à un " aquarium " avant de jouer parfois (et de perdre souvent) au baccara, au Casino voisin. Il est très exigeant sur le bruit, le froid et l'humidité.
Si le temps le permet, il visite parfois ses amis en villégiature sur la Côte : à Bénerville, par Blonville, les Guiche et Louisa de Mornand ; à Trouville, au Clos des Mûriers, les Straus…. Il s'arrête en passant à la maison Rossignol, fleuriste à Houlgate, pour leur acheter des fleurs.
Le soir venu, il lui arrive, si la température est douce et le vent absent, de sortir de l'hôtel et de marcher sur la digue, la " Terrasse de la Mer " : " J'ai rencontré sur la digue de Cabourg Lucy Gérard. C'était un soir ravissant où le coucher du soleil n'avait oublié qu'une couleur : le rose. Or sa robe était toute rose et de très loin mettait sur le ciel orangé la couleur complémentaire du crépuscule. Je suis resté bien longtemps à regarder cette fine tache rose, et je suis rentré, enrhumé, quand je l'ai vue se confondre avec l'horizon à l'extrémité duquel elle fuyait comme une voile enchantée. " (lettre à Louisa de Mornand - 1908).
Souvent, il contemple de la fenêtre de sa chambre du Grand Hôtel les mouvements de la marée : " …le soleil me désignait au loin d'un doigt souriant ces cimes bleues de la mer qui n'ont de nom sur aucune carte géographique, jusqu'à ce qu'étourdi de sa sublime promenade à la surface retentissante et chaotique de leurs crêtes et de leurs avalanches, il vînt se mettre à l'abri du vent dans ma chambre… " (Jeunes Filles en fleurs).
J.-P. Henriet


Moi j'y suis venue "jeune fille en fleurs" et depuis je parcours inlassablement la promenade (rebaptisé Marcel Proust) à la recherche de "mon" temps perdu...
Cette ville est pour moi , qui suis fascinée par la mémoire et le temps, une madeleine. Chaque coin de rue, grain de sable me ramène au passé , à mes souvenirs et mes fantômes.
Le temps disparait et les "habitudes" refont surface, presques des rites : ballade rue de la mer, seule rue commercante de la ville, jusqu'au casino, puis la promenade, et enfin l'arrêt incontournable au bar du casino ou je me remets à la broderie que je délaisse tout le reste de l'année.


La promenade


Le bar du casino


La broderie du jour




Sur la promenade Marcel-Proust, le Grand Hôtel. "Palace du bord de mer hanté par le souvenir de Marcel Proust sa chambre attitrée est reconstituée à l'identique (chambre 414). Pour nostalgiques d'un temps perdu enfin retrouvé"(Guide Rouge, 2001).


"Aujourd'hui, la chambre 414 est prudemment nommée "Souvenir de Marcel Proust". Plus de "lift" fripon pour tenir le manche, mais un groom parfait. Dans les couloirs, des couples d'Anglais qui ne dissimulent même pas leur hétérosexualité vont se coucher de bonne heure. Depuis longtemps, semble-t-il.

Inspection de la 414: les rideaux sont plus rouges que "violets" (relire sur ce point A l'ombre des jeunes filles en fleurs). De la fenêtre, rien à dire, les vagues ont bien l'air de crêtes de montagne. La hauteur sous plafond n'y est pas. Non plus que la cloison pour communiquer avec la grand-mère. En fait, vu d'en bas, du club Mickey (en effet, il dépare), le belvédère décrit est à côté. Le reste est en place. Au mur, la vue de Delft. Bien. En revanche, plus de "petites bibliothèques à vitrines qui courent le long des murs", mais une seule : avec œuvres de Proust "grand caractère" (les Anglais ont personnellement connu la grand-mère du narrateur), expurgées de Sodome et Gomorrhe (dommage).

Saint-Simon, Balzac, Flaubert à "La Pléiade". Ni pendule ni "grande glace à pieds arrêtée en travers de la pièce" (regrettable pour les fantaisies British) et water-closet dans la salle de bains (un rien plus grande qu'un trois-pièces cuisine boulevard Saint-Germain). En y entrant, le petit génial Marcel écrivain se sentit affreusement seul (envie de mourir). Tiens, avec le temps, l'odeur de vétiver s'est estompée." Francis Marmande




Evidemment si Marcel Proust doit beaucoup à Cabourg, la cité lui doit elle même ces lettres de noblesses en ce 21 ème siècle. Désormais tout tend à rapeller la mémoire du grand homme qui y a séjourné.

Ma boutique de broderie...


Mais la petite ville normande à beau être un haut lieu touristique l'été (d'ailleurs je n'y séjourne quasiment jamais à cette période) elle réussit à garder son charme le reste du temps, avec son air romantique et un subtil mélange de tradition, de modernité, d'esprit familial autant que bourgeois...tout un art qui ne cesse année après année de m'étonner et de me séduire.
Et dans un secret espoir j'attends le moment où je partagerais , enfin, cette fameuse chambre 414 avec l'homme de la situation, tout comme je n'irais à Venise qu'avec celui qui s'y harmonisera...et rien ne dit que ce sera le même !!! ;o)

Lamousmé



13 commentaires:

Anonymous Thom a dit...

Tu viens de me rappeler quelques promenades cauchemardesques du dimanche après-midi, juste après le repas en famille :-)

Mais je dois avouer que je continue à aller souvent à Cabourg, car c'est effectivement un lieu attachant. Même l'été, je trouve que c'est beaucoup plus respirable que les autres villes-plages de la côte normande...

18:22  
Blogger Lamousmé a dit...

Arfffffffff désolé Thom !
Mais si d'aventure tu tombes sur une rousse brodant au bar du casino ...tente ta chance !!
(non je n'essaye pas de me caser pfffff !!! ;o))

12:48  
Anonymous Thom a dit...

Chiche ! :-)

14:13  
Blogger Holly Golightly a dit...

Je n'y suis jamais allée !
Mais, en revanche, je connais Proust.Tu me donnes magnifiquement envie d'aller là-bas.

17:23  
Blogger Lamousmé a dit...

Thom je t'y attends...avec mini soleil !
Et si en plus Miss Holly se joint à nous quel tea time merveilleux!!!

18:17  
Anonymous Thom a dit...

Euh...par contre moi ce sera plutôt une bière, si ça ne vous dérange pas les filles :-)

19:24  
Blogger Lamousmé a dit...

ralalalala et le romantisme et tout ça tout ça....une bierre et pourquoi pas un match de foot aussi! :o)

19:34  
Anonymous Thom a dit...

Un match de foot sur la plage ? d'accord, je vous prends les filles ! :-)

12:28  
Blogger Lamousmé a dit...

oulà Thom je crois que tu sais pas très bien à quoi tu t'engages là...je te rapelle que Mr Bouch' est un jeune garçon de près de 10 ans alors si tu crois que je n'ai pas d'entrainement tu risques d'être surpris!!! :o)

17:52  
Anonymous Thom a dit...

Mais qui a dit que Mr Bouch' jouerait dans ton équipe ? :-)

19:34  
Blogger Lamousmé a dit...

...il y a méprise cher Thom si tu me relit tu verras que je parle "d'entrainement"...en d'autre mots je te prends ou tu veux quand tu veux mon gars !!!! :o)

19:47  
Blogger Holly Golightly a dit...

OH !!!!!!!!!!!!

09:48  
Blogger Lamousmé a dit...

Mais m'dame!!!!!! c'est lui qu'a commencé d'abord...

14:13  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil