La maison de vie

Bienvenue chez Mr Bouch', Gabichou, Le Nain et Lamousmé...

Ma photo
Nom :
Lieu : France

mercredi, octobre 04, 2006

Je suis rousse et alors?



Cela sonne comme un slogan publicitaire et pourtant c'est aussi un manifeste.
Certes nous ne sommes plus au moyen-age où les roux étaient suspectés d'entretenir commerce avec le diable. On en donnait pour preuve que leurs cheveux avaient pris la couleur des flammes de l'enfer dont ils s'étaient trop approchés. Les taches de rousseurs (éphélides de leur nom savant) étant le signe incontestable de Satan, les femmes qui en portaient avaient donc eues des relations avec le diable et étaient par conséquent immanquablement conduites au bucher.
Depuis toujours les roux et rousses sont à part, ni une ethnie,ni une communauté, simplement une minorité qui se défini par le regard que portent les autres sur leur seule couleur de cheveux.
Voués à l'opprobe jusqu'au XIX ème siecle, valorisés pour cause de singularité à notre époque, les roux ne laissent jamais indifférent.
On dit que Judas était roux, la mythologie égyptienne parle de Seth Typhon frère violent jaloux et roux, assassin du dieu Osiris, et les hébreux ont Esaü qui vendit son droit d'aînesse pour un plat de lentilles. Les rousses ne sont pas en reste, Lilith la première femme d'Adam, Judith fille d'Israël, Salomé et même Marie-Madeleine. Violence et traitrise chez les hommes, tentatrices à la réputation sulfureuse pour les femmes ...

Je suis née comme ça...vaguement "différente" sans le savoir. D'ailleurs pour mes parents je n'étais pas rousse, tout au plus blonde venitienne. Et c'est vrai que l'on ne peut pas dire que j'ai eu conscience de ma rousseur avant l'adolescence. En revanche quand à l'age du mal être généralisé, se rajouta le surnom de "rouquine" voir "poil de carotte" et autre "tache de son" la prise de conscience fut plus violente. Du coup je ne me suis jamais sentie belle, ni laide d'ailleurs, simplement "autre".
Est-ce pour surmonter se "handicap" que je suis rapidement devenue ce qu'on appelle couramment une "grande gueule" ?
Certainement à en croire un charmant Mr. Paul passionné par les rousses et qui leur a dédié un site Roussesland. Quelle ne fut pas ma surprise d'y lire des tas et des tas de jeunes filles racontant la même histoire au sujet de leur couleur de cheveux ! Encore aujourd'hui des fillettes souffrent de leur rousseur. Ceci dit toute personne légèrement hors norme en fait les frais (boutonneux, à lunette et autre "sourire barbelé") mais j'avoue que je n'y avais jamais vraiment songé avant.
Toujours est-il que j'ai très tôt décidée que si je n'était pas "remarquable" par la beautée je devrais l'être par l'intelligence et le savoir. Drôle d'idée quand on y songe que de vouloir compenser une différence déjà bien visible par un comportement encore plus éclatant !! La logique aurait sans doute voulue que j'essaye au contraire de me faire oublier comme certaines sur Rousseland le révaient. Mais d'une certainne manière j'ai choisi de faire oublier la chevelure au profit du caractère trempé !
C'est très certainement également cette distinction qui me sensibilisa fortement à l'injustice et me donna rapidemment envie de défendre des causes et de "m'engager" (comme déléguée de classe au début puis en politique et en milieu associatif plus tard). J'ai vite compris l'interêt d'être en groupe pour peser plus fort.
Certes l'entourage familial une fois encore n'y est pas étranger, me donnant l'envie et les moyens, mais je veux croire que mon adolescence de rousse à jouée aussi un rôle déterminant.
Et puis ne dit-on pas que les roux ont le caractère de feu de leur tignasse ?
L'age adulte à fini par réconcilier la femme et sa chevelure et je porte désormais ma crinière comme un étendard. Je sais combien ma rousseur peut me servir désormais dans mes rôles de représentation (il est toujours plus marquant d'envoyer "la rousse" en interview) et je n'ai plus peur d'utiliser cet attribut dans la séduction. Cet été un homme m'a d'ailleurs déclareé cette phrase digne de Mr Paul : une femme rousse au yeux verts est le summum de la beautée féminine !!
Mes goûts artistiques on probablement été eux aussi fortement influencés par ma couleur de cheveux. Aurais-je tant aimé Rossetti sans cela ??? Probablement que non , la découverte de ces représentations de femmes rousses a largement dû aider dans l'acceptation et la revendication de ma rousseur. Mais il y eu aussi Toulouse Lautrec et Klimt, chacun dans leur genre mon réconcillier avec mon image (même si parfois ils traitaient de l'image sulfureuse de la prostituée ;o) ) et donc avec la sensualité qu'elle peut évoquer. Je ne parlerais même pas de Rita Hayworth en Gilda (bombe atomique s'il en est !!!)
Enormément de chose participe à la formation d'une personnalité , ma rousseur n'en est évidemment pas la seule partie mais elle existe ,elle fait partie de moi comme une pièce supplémentaire de ce puzzle qui forme notre être profond.

D G Rossetti "Lilith"




















Toulouse-Lautrec "La toilette"/ G.Klimt "Danaé"

14 commentaires:

Blogger Holly Golightly a dit...

Figure-toi que, brune de mon état, j'ai toujours rêvé d'être rousse... Pour moi, c'est le summum du romantisme...

17:45  
Blogger Lamousmé a dit...

comme quoi on est jamais satisfaite de son état ;o)

18:21  
Blogger slumblogger a dit...

Je connaissais une rousse qui elle aussi a tout fait pour se faire remarqué, jusqu'à se raser le crâne.

18:21  
Blogger Lamousmé a dit...

Bienvenue au rêveur... ;o)

l'histoire dit-elle ce qui c'est passé quand les cheveux ont repoussés ?

18:27  
Blogger slumblogger a dit...

Elle est passée par toutes les couleurs, depuis elle assume u roux-chatain naturel, vie a la campagne avec son mari et son enfant, en dessinant des livres pour enfants... mais je ne l'ai pas revu depusi longtemps

19:56  
Blogger Gaëlle a dit...

Eh bien moi aussi Holly, blonde je suis, mais j'ai toujours rêvé d'être rousse ! Quand j'avais 13 ans ma meilleure amie (Caroline) était rousse et comme je l'enviais ! Je trouvais ça très chic, très altier, très féminin. Ensuite on a découvert Nicole Kidman, splendide rousse, dans "Calme Blanc". Une icône de la beauté dans un film qui se laissait vite oublier. Les rousses me font rêver, et pas seulement dans les tableaux de Klimt, même s'il a su exprimer leur magnificence. Accuser une femme de sorcellerie est pour moi un compliment, l'empreinte d'un pouvoir de séduction qu'on prétend diabolique pour pallier sa propre impuissance. Donc l'étendard, oui, tu as bien raison ! Le roux est une si jolie couleur. L'automne est un flamboiement. Donc ta chevelure flamboie en toute saison, pendant que la nôtre ternit en attendant l'été. Tu as de la chance !

22:10  
Anonymous Thom a dit...

Je viens de découvrir ce billet, et je dois dire qu'il m'a tout tourne boulé.

A présent moi aussi je veux être rousse, pour pouvoir défendre le rousse power...et qui sait peut-être qu'un jour le Présidente de la République Française sera rousse ?

Bravo à toi chère Lamousmé, ceci est un noble combat !

13:40  
Blogger Lamousmé a dit...

tsssss tss quel taquin ce thom!!! et je doute que le roux t'aille si bien ;o)

03:23  
Blogger Vanessa a dit...

Rousse...avec du piment dans le caractère...et dire que je n'avais pas encore lu ce message. Oui qu'il soit comme un étendard au même titre que ton intelligence!!

19:29  
Blogger Lamousmé a dit...

mon intelligence Vanessa...la je trouve que tu t'avances beaucoup :o))))

18:40  
Anonymous Nicolas a dit...

Excellent billet !!
Très instructif.

14:03  
Anonymous Esis a dit...

Je tombe sur ce billet tardivement, mais j'y ai accédé suite à ton lien dans ton billet sur l'Irlande.

J'envie moi aussi les rousses :p .
Je rejoins d'ailleurs Gaëlle qui cite : "Accuser une femme de sorcellerie est pour moi un compliment, l'empreinte d'un pouvoir de séduction qu'on prétend diabolique pour pallier sa propre impuissance."

Je suis à l'origine châtain clair/blond foncé, une couleur bien terne. J'en suis venue il y a quelques années à me teindre les cheveux en auburn puis en acajou de façon tout à fait irréfléchie (c'était la première fois que je me teignais, juste pour "essayer"). Depuis, je suis restée à l'acajou et n'ai jamais songé à changer. De la teinture chimique, je suis passé au henné : c'est naturel pour le cheveu.
Me voilà à présent avec une chevelure flamboyante, des yeux bleus-verts (et rien de tout cela ne laisse ces Messieurs indifférents :p )...
Je suis une fausse rousse, mais puis-je quand même intégrer le club privé des "vraies" rousses pour défendre avec vous l'étendard :) ?

21:29  
Anonymous Anonyme a dit...

Pour information, Rita Ayworth était brune sa couleur naturelle.

Quand aux rousses, certes attirantes parce sans douteque plus voyante et plus rares mais pour celles que j'ai connues un caractère pas facile à vivre au quotidien, je les laissent aux autres.

20:47  
Anonymous Anonyme a dit...

Pour information, Rita Ayworth était brune, sa couleur naturelle. Elle était teinte en en rousse dans Gilda.

Quand aux rousses, certes attirantes parce sans doute que plus voyantes de par leur couleur de cheveux moins courante mais pour celles que j'ai connues, un caractère pas facile à vivre au quotidien, je les laisse aux autres.

20:50  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil