La maison de vie

Bienvenue chez Mr Bouch', Gabichou, Le Nain et Lamousmé...

Ma photo
Nom :
Lieu : France

mardi, septembre 19, 2006

Une tradition familiale

Si les prénoms de Bouch' et Lamousmé commencent tous les deux par la même lettre ce n'est évidemment pas dû au hasard. Idem pour la référence cinématographique. C'est même ainsi que s'installe une tradition familiale...
Le prénom fait lien entre l'enfant et ceux qui le choisissent, c'est souvent la transmission d'une histoire personnelle . Ainsi, ma mère qui adorait le film "Autant en emporte le vent" et trouvait le prénom incarné par Olivia de Havilland ravissant , choisit très naturellement de me prénommer Mélanie. Ce prénom peu utilisé à l'époque en France renvoyait plus à des grand-mère, bonnes bretonnes, qu'à un nourisson. Quelques âmes charitables s'en inquiétèrent alors . Mais la beautée du prénom et sans doute le secret espoir d'élever une douce jeune fille (comme dans le film) avait définitivement séduit mes parents. La similitude des initiales entre la mère et la fille acheva sans doute de les convaincre et entamma ainsi le début d'une "coqueterie familiale" qui veux que parents et enfants portent désormais traditionnellement les même initiales.



Mon jeune frère n'échappa pas à la règle.


A la naissance de Bouch' j'imposais donc à mon tour au papa de respecter cette "tradition", ce qu'il accepta de bonnes grâces, bien que la difficulté se soit renforcée car nous possédions tout deux déjà la même première lettre à nos prénoms!! Ainsi garçon ou fille le futur bébé aurait nécessèrement un prénom commençant par un "M". Rapidemment le prénom pour une fille fut trouvé mais nous buttions sur celui du garçon ,le choix considérablement réduit par la "règle" y étant sans doute pour beaucoup! La liste en "M" ne comportait que très peu de prénoms masculins et nous ne souhaitions pas donner dans l'exotisme ou l'originalité à tout prix. Quelques recherches du côté des origines familiales nous amenère un Mitrovista ou un Malo qui ne nous convainquîmes qu'à moitié. Restait à étudier le côté "références cinématographique"... et là, le gout commun des futurs parents pour les films de Jacques Demy, imposa immédiatement un prénom, comme une évidence.
S'il est vrai que la croyance populaire prête au prénom une forme d'influence sur les personnes qui le porte, notre Mr Bouch' deviendra alors ,comme dans les "Demoiselles de Rochefort" un marin prêt à prendre sa "perm à nantes"!



Cependant toute réjouissante que soit cette pensée mythique , elle se heurte de plein fouet à une réalité autre. En effet j'entends encore ma mère (toujours elle!!) raler après moi et jurant à qui l'entende que c'est du nom de Scarlett et non de Mélanie qu'elle aurait du m'affubler pour coller à la croyance!!! Certes cela me réjouit car j'avoue avoir toujours eu une préférence pour l'héroïne exaltée plutot que la bonne et douce amie.Mais de là à en porter le prénom....





Avant de choisir le prénom d'un garçon, pensez à la
femme qui aura à le murmurer plus tard.


Jules Barbey D'Aurevilly

7 commentaires:

Blogger Holly Golightly a dit...

Mélanie, je suis ENCHANTÉE par ce billet !
Que j'aimerais avoir eu d'aussi jolies traditions familiales...
Merci beaucoup pour ces instants de bonheur.

09:13  
Blogger Lamousmé a dit...

C'est moi qui te remercie holly d'être une si fidèle lectrice de ces petits billets.je crois savoir à quel point ce qui tourne autour de la famille te touche et j'aime à penser que ce blog est aussi un hommage parfois à mon entourage familial qui, comme tu peux le constater est intimmement lié à mon univers littéraire et culturel.

14:18  
Blogger Gaëlle a dit...

Je suis également enchantée... j'aime beaucoup le prénom de Mélanie, même si ce n'est pas celui de la chipie il est très doux, harmonieux, et évoque pour moi une sorte de constance, de durée, de force. Quant au marin qui prend sa perm à Nantes... les demoiselles sont un de mes fils favoris. J'en connais par cœur toutes les mélodies... C'est un très beau billet et une bien belle histoire. Moi je pense toujours qu'on propose un destin à un enfant en lui faisant cadeau d'un prénom. Voilà pourquoi le choix est d'importance... c'est d'ailleurs avec la même responsabilité tendre que je choisis les noms de mes personnages. Rien n'est anodin, même si le destin, bien sûr, n'a rien d'une fatalité. C'est une invitation, y compris à le faire mentir. Ainsi aurais-tu pu être une Mélanie qui ait tout de Scarlett. C'est la beauté de la chose... A très bientôt Mélanie, je reviens, j'ai déjà hâte de retrouver vos billets aux unes et aux autres !

13:42  
Blogger Lamousmé a dit...

Merci beaucoup Gaëlle pour ces mots toujours justes....je te souhaite une bien belle "retraite" et je suis bien heureuse d'avoir comme lectrices deux talentueuses écrivains (désolée le terme écrivaine me fait toujours grincer des dents ;o)) dont le futur ,je le pressent sera couronné de succès!!
Et puis vous êtes un peu mes demoiselles Holly et toi!!! (hi hi hi)

16:35  
Blogger Holly Golightly a dit...

Sauf que, moi, je ne suis pas écrivain... J'écris, mais je suis un apprenti et peut-être ne serai-je jamais que cela.
Comme toi, ma chère Mélanie, je déteste la féminisation intempestive des noms masculins à vocation neutre.
Quand je lis "écrivaine" ou "auteure", je deviens mauvaise. :-) C'est une hérésie.
Oui, Mélanie, la famille est un sujet sensible pour moi et je m'y intéresse particulièrement. Cet enlacement de ton univers familial et cuturel est quelque chose qui me touche et me ressemble dans le fond, même si je fais un usage plus restreint de la famille...

17:01  
Blogger Gaëlle a dit...

Je suis comme Holly, je n'aime pas la féminisation du mot écrivain. Et je crois que si le terme est très gentil et flatteur pour toutes les deux, nous sommes deux apprenties. C'est juste que nous croyons plus qu'Holly à son futur avenir d'écrivain ... mais ça lui passera, j'y compte bien. Et puis quand les demoiselles rencontrent une troisième demoiselle cela donne... les trois mousquetaires, pourquoi pas ?
Merci pour tes mots à toi Mélanie, et à très bientôt !

23:03  
Blogger Romanza a dit...

De notre côté, pas de traditions familiales. Mes frères et moi-même avons des prénoms sans lien.
Mais en ce qui me concerne, j'ai pour mes deux enfants choisi une référence littéraire. Ce n'était pas du tout un souhait réfléchi il y a longtemps. Quand je suis tombée enceinte, j'ai trouvé logique d'évoquer ma passion dans le prénom de mes enfants. Mon cher et tendre m'a suivi dans mon délire ... Tant mieux!
Mon garçon se nomme Léon (Tolstoï of course!) et ma fille Jeanne (version francisée de ma chère Jane Eyre. Mais il y a aussi Jane Austen ... Et également l'héroïne d'Une vie de Maupassant nommée Jeanne).

14:36  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil