La maison de vie

Bienvenue chez Mr Bouch', Gabichou, Le Nain et Lamousmé...

Ma photo
Nom :
Lieu : France

jeudi, septembre 14, 2006

"Je t'aime" Vincent Cespedes


Pour faire suite à une conversation sur la philosophie et l'amour, entammée par Holly, je vous présente donc un "pavé" il n'y a pas d'autres termes (500 pages!) d'un jeune philosophe Français ET contemporain...Ainsi les mauvaises langues ne pourront plus dire que je ne vénère que des morts!!! (bon j'avoue que c'est vrai dans l'ensemble, mais il faut bien quelques exceptions...)
J'avais découvert Mr Cespedes lors de la sortie en 2001 de son premier livre: I Loft You , véritable pamphlet anti-télé réalité qui ne pouvait que me séduire et me renforcer dans mon action politique et associative dans le domaine de la télévision.
Je retrouve donc l'auteur quelques années après (2003) avec cet essai sur l'amour alors que je me trouve moi-même dans une situation affective délicate (un divorce, certes assumé mais un divorce quand même!!). Autant dire que ce fut un "pavé" dans ma mare!!! Ce livre à trop bouleversé ma vie pour que je puisse sereinement et surtout objectivement en parler mais je tenais quand même à en faire la présentation ici , et aujourd'hui. Pour vous donner envie et ne pas vous laissez sur votre faim, je me contenterais de vous "faire le spitch" comme on dit, en recopiant la quatrième de couverture
Nous voici malades de notre façon d'aimer.Un
amour possessif, exclusif et lâche qui renferme la famille sur elle-même,
multiplie les névroses, mène parfois au suicide et à l'esseulement.Les rares
spasmes de libération sont étouffés par les contrôles religieux et marchands, si
bien que nous avons perdu ce qui faisait le sel de la relation amoureuse: l'élan
généreux vers l'autre, le désir sésintéressé, le don de soi. Comment sortir du
coma et de la crispation? Comment conjuguer enfin l'amour et la liberté?

"Je t'aime" est un poème. "Je t'aime" est
une cure. En cinq cents fragments, Vincent Cespédès nous précipite dans l' Amour
mortifiant d'Occident pour mieux nous en extraire. Contre le retour à l'ordre
moral mais aussi contre la sexolâtrie consumériste, sa prose ne laisse rien
indemne. Révolution de l'intime "Je t'aime" nous invite à transformer la société
en redécouvrant le sens de l'abandon, du féminisme, de la virilité, de
l'autonomie, de la solidarité et de l'aventure.

Je vous convie donc à lire cet étonnant essai mélange de déclarations, d'aphorismes, de poèmes, de théories, de chartes....Je me souviens qu'une des rares critiques paru à l'époque soulignait avec justesse que Vincent Cespedes "joue avec les mots comme un jongleur avec ses balles"...et je ne peux m'empêcher de vous livrer un exemple "Ma mie, je te veux mi-haine."ou encore "Il vaut mieux être belle et rebelle que moche et remoche."

En d'autres termes moi aussi "Je t'aime"

Lamousmé

PS: à signaler que l'auteur prolifique a sorti récemment deux autres livres, "Contre-dico philosophique" et "Mélangeons-nous: enquête sur l'alchimie humaine" dont je reparlerais prochainement.

6 commentaires:

Blogger Gaëlle a dit...

Outche ! Dis donc c'est puissant comme texte ! Je comprends l'impact que cela a pu avoir sur toi, qui plus est dans un moment douloureux et déchiré de ta vie... en tout cas l'extrait est superbe, sans parler de ta façon de nous le présenter, et moi qui ne lis guère les philosophes (même si je sens que Holly aimerait réformer mes préjugés à ce sujet, qui ne concerne que leur langue... qui sonne à mes oreilles comme une langue étrangère, souvent !), je lirais bien ton Vincent Cespedes! Je te remercie beaucoup de me le faire découvrir ce matin. Je suis tellement d'accord avec ses mots, tous ses mots, que cela me touche violemment. L'amour est une chose beaucoup plus difficile à donner, à recevoir, à construire, que ce que la majeure partie des gens s'imaginent... et en même temps, quand on comprends par où passer pour atteindre sa juste dimension, il devient naturel comme l'air respiré : il faut être passé aussi par des brisures et des cassures pour le comprendre pleinement, peut-être. L'amour est un dépassement complet de son être vers l'autre, pour l'aider à s'accomplir. Et cette démarche vous accomplit dans le même mouvement. Toute tentative d'accaparer l'autre, de le ou la garder pour soi seule, est un réflexe de fermeture, parfois impossible à maîtriser... mais qui aboutit souvent à la suffocation.
Merci BEAUCOUP pour ce billet, et pour cette rencontre matinale, Lamousmé !

09:33  
Blogger Holly Golightly a dit...

Merci beaucoup Mélanie pour ce billet de présentation ! Je vais feuilleter ce livre en librairie !!!
Si l'amour est un sujet qui t'intéresse, je te conseille aussi : L'amour et l'amitié d'Alan Bloom mais aussi (et surtout) Vladimir Jankélévitch (mon philosophe préféré) : Les vertus et l'amour.
J'aurai toujours plaisir à te lire.

Ma chère Gaëlle : la langue philosophique est celle de la rigueur et elle possède sa beauté sous-jacente (même si celle d'un Jankélévitch vous foudroie sur place). Notre ami Deleuze use de cette langue dans ces livres et c'est une nécessité. Elle demande un effort, qui est récompensé au centuple. On ne peut pas penser (creuser) profond sans s'armer de pioches (concepts) pour cela.

08:11  
Blogger Lamousmé a dit...

Mes chères anges,
et oui c'est un peu comme cela que je vous vois toutes les deux ;o)
je vous remercie pour vos si belles contributions, qui font en grand partie l'interet de ce blog.
Je suis un peu comme Gaëlle au départ, je ne me laisse pas facilement tenter par les philosophes, mais je suis tout à fait d'accord avec Holly,les plus grands efforts apportent les meilleures récompenses!
J'avais déjà mis sur ma liste (à découvrir)le livre de Bloom, je rajoute donc Jankélévitch.
Quand à l'amour...je tenterais un jour d'écrire un billet à ce sujet pour donner ma propre vision qui est assez proche de celle de Cespédès et très loin d'être négative en dépit des expréiences vécues!!

15:18  
Anonymous Sandra a dit...

Je suis tombée par hasard sur ta présentation de "Je t'aime", formidable. Je viens de finir un livre de Vincent Cespedes: "Mélangeons-nous. Enquête sur l'alchimie humaine" (Maren Sell, 2006). Un pur chef-d'oeuvre de sensibilité et d'intelligence ! Alors, enthousiaste, je compte tout lire de lui ! Enfin un jeune philosophe décapant et qui donne de l'énergie pour sortir de nos conformismes, de nos conditionnements ! Son roman, "Maraboutés" (Fayard, 2004), n'a pas eu l'écho qu'il méritait, sans doute à cause des ses... 630 pages ! Mais je vous assure qu'il s'agit d'une épopée initiatique époustoufflante, et dont on ne ressort pas indemne ! Je pense aussi que cela ferait une série TV fabuleuse, ou un long métrage ! En tout cas, la haute voltige littéraire de ce premier roman m'a coupé le souffle ! Et quel humour constant ! Et quel don pour la mise en scène ! Jubilatoire !

00:46  
Blogger Lamousmé a dit...

Merci Sandra pour cette visite et ce témoignage enthousiaste !!!
J'évoquerai certainnement les autres livres de Mr Cespedes au fur et à mesure...mais je ne voudrais pas en faire trop après on pourrait penser que j'en suis amoureuse ;o)

19:08  
Anonymous dinovelvet7 a dit...

Vincent Cespedes un philosophe? Bienvenue dans l'ère des décérébrés...

02:07  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil