La maison de vie

Bienvenue chez Mr Bouch', Gabichou, Le Nain et Lamousmé...

Ma photo
Nom :
Lieu : France

jeudi, août 28, 2014

Petits bouts d'été...et projet d'automne ^^



Les vacances...




 



























































https://plaisirsacultiver.files.wordpress.com/2014/08/ruth.jpg






Et parce que c'est ma fiancée Titine  qui l 'organise...je tente de participer en Septembre ...

http://plaisirsacultiver.files.wordpress.com/2014/08/img_0839-2.jpg

Lamousmé









mardi, juin 24, 2014

Jane Austen v Dante Gabriel Rossetti

Encore un petit clin d'oeil pour ce mois anglais!!!

Je ne pouvais évidemment pas laisser passer la LC sur Jane Austen. 
Sauf qu 'écrire sur Jane m'est toujours aussi difficile...alors je triche un tout petit peu et je vous renvois à ce billet qui prouve qu'en d'autre temps j’écrivais des choses tout a fait sympathique et lisible ici même!!! (je vous conseille également les échanges de commentaires délicieux ;o)  )

Et parce que c'est une bonne occasion pour remettre une petit couche sur mon Rossetti d'amour (vous avez vraiment cru que je n 'en parlerais pas pendant un mois anglais?????) je vous offre en cadeau toutes les couvertures 10/18 des romans d'Austen . On pourra à nouveau s’interroger sur l 'à-propos de ce choix de tableaux à l 'époque par l’éditeur , n 'empêche qu 'elles ont sans aucun doute participés à relancer l 'intérêt pour les Pré-Raphaélites , ce qui vous en conviendrez n 'est pas une mauvaise chose!!!



détail de " La Ghirlandata" (1873)






















détail de "Pandora" (1869)

 
étude de " The DayDream" (1878)






















détail de "The Bower Meadow" (1872)


 



















 détail de "Beata Beatrix" (1872)



Lamousmé

lundi, juin 23, 2014

It 's always tea time

"On n'a encore rien découvert que l'Anglais accepterait de substituer à sa tasse de thé."
Florence Nightingale, 1869


Impossible de passer un mois anglais sans évoquer un des temps fort d'une journée anglais typique: Le Tea-time!!!!

Le thé est aujourd'hui encore un pilier de la société britannique : les Anglais en boivent tout au long de la journée : ils commencent par le Early Morning Tea, souvent pris encore au lit avec des biscuits secs, puis continuent avec le Breakfast Tea qui accompagne un petit-déjeuner copieux, se servent une tasse sur le coup de 11 heures, ce qui leur permet de tenir jusqu'au classique Five o'clock Tea. Enfin, un dernier thé est souvent bu le soir, avant le coucher.

Pour cela revenons un peu aux origines , à savoir l 'arrivée sur le sol british au XVIIè siècle de la boisson qui allait s'imposer comme breuvage national en très peu de temps: sa majesté le Thé.

En 1606 la " Compagnie des Indes Orientales" débarquait pour la première fois en Europe (à Amsterdam) ses caisses de thé. Il faudra attendre 1653 pour qu'à son tour l' Angleterre découvre, (essentiellement chez des apothicaires) le thé. A cette époque la mode est au café avec l 'ouverture de nombreux coffee-houses , véritables centre de vie sociale , équivalent de nos cafés et réservé exclusivement aux hommes.
Petit à petit la commercialisation du thé y prends son essor, alors même que le breuvage gagne toute sa légitimité avec le mariage du roi Charles II et de l 'infante Portugaise Catherine de Braganza , grande amatrice de thé , et  qui apporte en dot Bombay, et son habitude de boire du thé à toute heure de la journée.

Le concept de "l 'heure du thé" était introduit à la cour. Sa consommation se généralise très vite dans toutes les couches de la société , malgré son cout  onéreux , et en 1706, ouvre le Tom’s coffee house, première maison à se spécialiser dans le thé, à l’initiative de Twinnings. En 1717, il y adjoindra un magasin de thé sec, le Golden Lyon où les dames seront admises.
La baisse des taxes en 1784  et  le développement de la Compagnie anglaise des Indes orientales, qui rivalisait avec les Hollandais pour le commerce du thé, termina de transformer cet engouement en rituel typiquement anglais.























Dr Johnson at the Mitre (D G Rossetti)




L 'introduction du fameux Five o'clock Tea  est imputé à la Duchesse de Bedford dans les années 1840. Rapellons qu 'à cette époque on déjeunait très tôt et que la révolution industrielle, en bouleversant les rythmes de travail, recula l'heure du dîner rendant important cette pause Five o'clock accompagnée d'une collation.
Pris au salon ou dans un boudoir l 'hiver et  dans les jardins sur de belles nappes à l 'ombre l été , la "cérémonie du thé " est devenue une donnée essentielle de l’art de vivre britannique. Accompagné des fameux scones ,de muffins, de toast(s), beurre, cannelle, clotted cream (crème fraîche cuite longuement) , de confiture d’abricots ou de fraises et bien sûr des fameux sandwiches au concombre, le thé doit être servi suivant ces quelques "règles d or" :  
  • ébouillanter la théière, pour réchauffer les feuilles de thé et leur permettre de libérer tout leur parfum,
  • mettre dans la théière une petite cuillérée de thé par tasse, plus une pour la théière, 
  • verser l'eau frémissante, jamais bouillante, sur les feuilles, 
  • laisser infuser trois à cinq minutes, 
  • remuer et servir. 
Tea_Paintings

















Five O’Clock Tea by Julius LeBlanc Stewart

En ce qui me concerne, j 'ai beau ne pas être anglaise (quoique^^) il n 'y a rien au monde que je ne boive plus que du thé (et non même pas la bière mauvaise langue que vous êtes!!!). c'est bien simple, on peut largement dire que je suis sous perfusion semi-permanente de thé!!!
Pourtant je ne fais absolument pas partie de ces puristes qui ne conçoivent la dégustation de thé que sous certaine conditions, et j 'avoue consommer plus ma boisson favorite au litre qu 'en " cérémonial".
Bien sur avec le temps, et l 'âge, j 'avoue avoir du mal avec le thé en  sachet et je me ravitaille plutôt dans de grandes maisons comme Mariage frères, Dammann frères ou Kusmi tea ... Je déplore d'ailleurs que l 'on ne trouve que très peu de marques anglaises en France , si on excepte les trois plus connus Twinnings (le premier à ouvrir en 1706) Teatley et Lipton (qui ont "démocratiser" le thé en lançant la commercialisation des sachets) mais que l 'on ne trouve que sous la forme la plus "commune" à savoir en sachet .
En revanche je reconnais avoir à la maison une petite bibliothèque qui ne cesse de s’agrandir sur le sujet :


























Vintage tea time
                : recettes, déco, accessoires, vintage fashion
















































































  




Vous remarquerez au passage , que pour une fille qui ne met jamais les pieds dans sa cuisine j 'ai une bibliothèque ...intéressante ^^

Enfin pour finir ce billet je ne pouvais pas, ne pas évoquez The livre qui peut-être incarne pour moi le mieux l 'esprit anglais et son fameux tea-time:

Alice aux pays des merveilles et sa fameuse "mad tea party".






































Je vous fais d'ailleurs ici cette énorme confidence: si d'aventure je devais ouvrir une autre librairie, ce serait une librairie-salon de thé et elle porterait comme nom une référence obligée à ce merveilleux livre que j 'eus la chance de découvrir vers l 'âge de 6-7 ans , narrée chaque soir par mon papa.
Par la suite dans ma vie, cette "histoire" m 'a toujours "poursuivie" et je me souviens d'avoir rêvé plus tard devant la vitrine d 'une toute petite boutique enchanteresse de ce magnifique service à thé, me promettant de faire plus grande collection (ce que je n' ai pas encore assouvi):























J 'ai depuis repérer ceux-ci :


alice in wonderland, cute, tea, tea kettle, tea pot


























































Lamousmé

jeudi, juin 19, 2014

Professor Pesca.




 I had hardly rung the bell before the house door was opened violently; my worthy Italian friend, Professor Pesca, appeared in the servant's place; and darted out joyously to receive me, with a shrill foreign parody on an English cheer.


 Un digne ami à moi, Italien d’origine, le professeur Pesca, m’apparut au lieu de la femme de ménage, et s’élança joyeusement au-devant de moi, psalmodiant, de sa voie aiguë et avec un accent étranger, notre « hurrah » britannique.
                                 __________________________________                  
       
  I had first become acquainted with my Italian friend by meeting him at certain great houses where he taught his own language and I taught drawing. All I then knew of the history of his life was, that he had once held a situation in the University of Padua; that he had left Italy for political reasons (the nature of which he uniformly declined to mention to any one); and that he had been for many years respectably established in London as a teacher of languages.
 C’était chez certains grands personnages, où il enseignait sa langue et où je professais le dessin, que nous avions fait connaissance, mon ami l’Italien et moi. Tout ce que je savais encore de sa vie passée, c’est qu’il avait exercé un emploi quelconque à l’université de Padoue ; qu’il avait quitté l’Italie pour des raisons politiques auxquelles il ne faisait jamais la moindre allusion ; et que, depuis bien des années, il était honorablement établi à Londres comme professeur de langues.

 extraits de "La dame en blanc" de Wilkie Collins (traduction de Paul-Émile Daurand-Forgues)

Sachez juste pour la petite histoire, que l 'auteur s'est fortement inspiré de Gabriele Rossetti (papa de mon chéri DG ) pour son personnage du professor Pesca.






Cela valait bien un tout petit billet pour la LC Wilkie Collins ;o)

Lamousmé





mardi, juin 17, 2014

Dans la famille Du maurier , je demande...la fille...

En voila une LC  de ce mois anglais à laquelle je ne pouvais décemment pas échapper!!!!

Daphne Du Maurier... son nom à lui seul m 'évoque des millions de choses!!!!

C 'est d'abord mon adolescence et la découverte de la littérature anglaise (avec les Brontë, Austen, Gaskell, Goudge, Lehmann ,Webb et consœurs...) .
C'est ensuite des études cinématographiques et de superbes adaptations, Les oiseaux, Rebecca, La taverne de la Jamaïque, Ma cousine Rachel, Le bouc émissaire...

C 'est enfin, et surtout, une famille...

 Mary Anne Clarke, l 'arrière-arrière grand mère , qui fit scandale en son temps , maitresse du Duc d'York dans les années 1800 et qui dût s'exiler en France.

Daphné en tirera un roman (assez médiocre à mon goût) : "Mary Anne".

 


Les arrières grand parents:

  Ellen Clarke (fille naturelle de la précedente) avait épousé en France, Louis-Mathurin Busson du Maurier, excentrique inventeur , qui descendait d'une famille de verriers de la Sarthe , et dont Daphnée avait retracé l 'histoire dans son roman  (assez peu connu mais très intéressant pour qui se passionne pour l 'œuvre des Du Maurier ) "Les souffleurs de verre".







 Le célèbre grand-père: George Du Maurier, écrivain et illustrateur satyrique, ami intime d'Henri James (lire à ce sujet le génial "Author,author" de David Lodge) ayant à son actif deux petit bijoux de roman que sont "Peter Ibbetson"  (qui à l 'époque se croyait descendant d'aristocrate angevins ,comme son héros) et "Trilby" (qui caricature avec délice le pauvre peintre Whistler, et dont l 'intrigue servit de modèle à Gaston Leroux pour son "Fantome de l' opéra" !!!)







Si l 'histoire des origines des Du Maurier vous intéresse autant que moi je vous conseille d'ailleurs cet ouvrage:




Le père: Gerald Du Maurier , acteur et scenariste, connu surtout pour être le premier interprète de Hook (capitaine crochet) dans la version scénique de Peter Pan. Daphne publiera également une biographie de son père:



Car autre fait qui aura fini d'achever ma fascination pour cette famille, il se trouve que la soeur ainée de Gerald et donc la tante de Daphne n 'est autre que Sylvia Llewelyn Davies (née Du maurier donc) .

 La fameuse Sylvia , mère de 5 enfants , amie de J M Barrie , a qui elle confira ses enfants peu avant sa mort et qui seront source d'inspiration pour son Peter Pan!!!!

 Sylvia Llewelyn Davies with her two eldest children [Image used by kind permission of the Chichester Partnership, Samuel French Ltd., London on behalf of the Estate of J.M. Barrie, and Exeter University Library (Special Collections), copyright © 2003]




Mais revenons en à la plus connue de cette famille, celle qui fait l 'objet aujourd'hui de cette lecture commune: Daphne


Auteur prolifique s'il en est, 17 romans , une cinquante de nouvelles, trois pièces de théâtre, trois ouvrages biographiques familiaux, trois recueils biographique portant sur des figures littéraires ou philosophiques marquantes, une autobiographie et divers essais. Romancière au succès phénoménal, elle sera bien entendu rendu encore plus populaire avec les adaptation cinématographique sublime d'Alfred Hitchcock.

Je ne vais évidemment pas vous parler de tous, mais une chose m 'a toujours fasciné chez cet écrivain c'est sa diversité.
Malgré quelques raté parfois, dans l 'ensemble je trouve son œuvre assez réussie et j'aime retrouver tout au long de ses livres ses thèmes récurrents de l héritage, du poids du passé, de la solitude et autres questionnements existentiels. Les lieux, que se soit les maisons, châteaux ou landes de Cornouailles sont également des éléments très présent, voir des personnages à part entière de ses écrits.

Je porte une plus grande affection, logiquement pour ses romans "gothiques " comme "Rebecca", et "Ma cousine Rachel" ,ou le suspens psychologique est à son comble mais j 'aime aussi beaucoup des ouvrages moins connus comme "La maison sur le rivage" ,ou "Le bouc émissaire"  qui utilisent des éléments fantastiques .
 


 

   
Enfin dans sa veine historique , en plus de ceux déjà évoqués plus hauts (sur sa famille essentiellement) je vous recommande fortement " Le général du roi" , qui se situe entre la première et la deuxième guerre civile anglaise du milieu du XVIIe siècle.
 


Pour ce qui est de ses nouvelles,  le recueil  contenant "Les oiseaux",  qui sont souvent bien plus connus grâce au film , se révèle beaucoup moins fantastique et me laisse un souvenir assez peu présent , alors qu'un autre intitulé , "La poupée"  ( écrit de jeunesse de l 'auteur ou l héroïne s’appelait déjà Rebecca et qui préfigurait son futur chef d’œuvre ) m 'avait très fortement marqué. J 'ai d'ailleurs découvert au hasard de mes recherches que ce texte était symbolique d'un aspect encore très méconnu de la personnalité de Daphne Du Maurier, à savoir sa bisexualité.



Bien sur, pour conclure je vous invite à lire sa biographie de Branwell Brontë , et pour ma part je tacherais de me procurer d'ici peu "Le mont brulé" un des rare livres de la miss que je n 'ai pas encore lu!!!!






Lamousmé